Retour à la page d'accueil
ERCKMANN-CHATRIAN









Contact
Noëlle BENHAMOU




 


un compteur pour votre site
 





BIOGRAPHIE






Nous proposons ci-dessous quelques repères biographiques sur Émile Erckmann (1822-1899) et Alexandre Chatrian (1826-1890). Cette chronologie vous donnera une vision synthétique de la vie et de l'œuvre du duo lorrain.


1822 - 1826 - 1832 - 1841 - 1842 - 1843 - 1844 - 1845 - 1846 - 1847 - 1848 - 1849 - 1850 - 1851 - 1852 - 1854 - 1855 - 1856 - 1857 - 1858 - 1859 - 1860 - 1861 - 1862 - 1863 - 1864 - 1865 - 1866 - 1867 - 1868 - 1869 - 1870 - 1871 - 1872 - 1873 - 1874 - 1875 - 1876 - 1877 - 1878 - 1879 - 1880 - 1881 - 1882 - 1883 - 1884 - 1885 - 1886 - 1887 - 1888 - 1889 - 1890 - 1891 - 1892 - 1895 - 1897 - 1898 - 1899 - 1900 - 1902 - 1922


1822

  • 20 mai : Naissance d’Émile Erckmann à Phalsbourg (Meurthe, devenue Moselle en 1918). Il est le dernier des cinq enfants de Philippe Erckmann (1782-1858), relieur, et de Juliana Weiss (1785-1832), qui se sont mariés en 1806.

    1826

  • 18 décembre : Naissance de Charles Louis Gratien Alexandre Chatrian à Soldatenthal (Grand Soldat, Meurthe, devenue Moselle en 1918). Il est l’avant-dernier des douze enfants de Jean-Baptiste Chatrian (1783-1870), maître verrier originaire du Val d’Aoste, et de Marie-Anne Restignat (1788-1866), mariés depuis 1809.

    1832

  • La mère d’Erckmann meurt de la typhoïde. Émile sera donc interne au collège de Phalsbourg.

    1841

  • Erckmann passe le baccalauréat à Nancy et devient bachelier.

    1842

  • Chatrian est en « classe industrielle » au collège de Phalsbourg.
  • Octobre : Erckmann est en première année de droit à Paris. Il s’installe chez le libraire Froment Pernet.

    1843

  • Faillite de la verrerie de Jean-Baptiste Chatrian, père d’Alexandre.
  • Erckmann publie une brochure, Du recrutement militaire, dans laquelle il dénonce les abus du remplacement.

    1844

  • Chatrian finit ses études et va gagner sa vie en Belgique comme comptable et contremaître dans une verrerie.

    1845

  • Après l'échec de sa troisième année de droit, Erckmann, malade de la typhoïde, retourne à Phalsbourg, où il restera jusqu'à l'automne 1847.

    1846

  • Chatrian perd sa place de comptable.

    1847

  • Maître d'étude au collège de Phalsbourg, Chatrian rencontre Erckmann. Ils parcourent les Vosges pendant l'été.

    1848

  • Erckmann, secrétaire d'un « Club de la Sorbonne » à Paris, assiste à la Révolution de 1848. Son père lui ayant coupé les vivres, il rentre à Phalsbourg et fonde un foyer de propagande républicaine avec Chatrian. Il dirige Le Républicain alsacien, « journal des intérêts politiques, matériels et moraux du peuple », journal bilingue fondé par son frère Jules à Strasbourg.
  • 31 août : Le Républicain alsacien cesse de paraître. Émile repart pour Paris afin de faire jouer Georges ou le chasseur des ruines, pièce écrite avec Chatrian (drame en cinq actes publié en juillet par Émile Erckmann et Pierre [sic] Chatrian). Elle est présentée au Théâtre de la Gaîté puis à L’Ambigu Comique. Mais elle ne sera pas jouée car Erckmann n’a pas voulu porter des corrections à son manuscrit. Il repart à Strasbourg.

    1849

  • Émile Erckmann devient franc-maçon, de rite écossais.
  • à partir du 16 avril : Publication par « Émile Erckmann-Chatrian » d’Une malédiction en feuilleton dans Le Démocrate du Rhin.
  • à partir du 12 juin : Vin rouge et vin blanc en feuilleton dans Le Démocrate du Rhin. Ces deux contes seront reproduits dans Histoires et contes fantastiques (Strasbourg, Dannbach).
  • 21 juin : Publication du poème « Fantaisie » dans Le Démocrate du Rhin.
  • 25-26 juin : Rembrandt. Histoire fantastique dans Le Démocrate du Rhin.
  • 15 juillet : Amitié avec les dessinateurs Théophile Schuler (1821-1878) et Gustave Doré (1832-1883). Descente du Rhin de Strasbourg à Cologne.
  • Science et génie ou le Mariage de granit. Conte fantastique paraît dans Le Mousquetaire.

    1850

  • 20 janvier : L’Alsace en 1814, drame « superbe et très patriotique », est interdit après seulement deux jours de représentation à Strasbourg car les spectateurs ont crié : « Vivent les rouges ! ».
  • Publication de La Lunette de Hans Schnaps dans La Revue française et de Science et Génie en volume chez Silbermann à Strasbourg.
  • du 14 mai au 1er juillet : Publication de Schinderhans en 18 feuilletons dans Le Toulonnais.
  • Eté : Erckmann entraîne à Paris Chatrian, qui a perdu sa place au collège. Les deux hommes attendent la gloire littéraire. Émile présente Alexandre à Achille Toupier et au librettiste Michel Carré.

    1851

  • Après le coup d'État du 2 décembre, la famille d'Erckmann est inquiétée. Jules s’enfuit en Suisse ; Charles est arrêté à Strasbourg et Émile, bien qu’inscrit sur une liste de suspects, n’est pas recherché car il est domicilié dans la Meurthe.
  • Chatrian ne parvenant pas à placer leur pièce Le Dernier Bohème ; c’est la fin des illusions sur le « coup de génie » qui devait les imposer.

    1852

  • 1er mars : entrée de Chatrian comme employé de bureau aux chemins de fer de l’Est.
  • 2 octobre : Erckmann, vivant à Rosny-sous-Bois, publie Schinderhannes ou les Brigands des Vosges dans Le Journal des faits.
  • Rédaction de L'Illustre Docteur Mathéus.

    1854

  • Erckmann reprend ses études de droit. Il ne réussit ni à entrer dans le journalisme ni à publier son conte L'Illustre Docteur Mathéus.
  • avril : Parution de Lettre à une jeune femme blonde dans Le Figaro hebdomadaire.

    1855

  • Parution en volume des Brigands des Vosges il y a soixante ans (Paris, Imprimerie de Prêve) après sa publication dans Le Journal des faits.

    1856

  • Erckmann n'achèvera pas ses thèses de droit car Chatrian a placé Le Bourgmestre en bouteille à L'Artiste (22 et 29 juin) en prétendant qu'il s'agissait de l'œuvre d'un élève d'Hoffmann. Début de la véritable collaboration littéraire.
  • 7 septembre : publication dans L’Artiste du Requiem du corbeau.

    1857

  • Erckmann rencontre Edmond About à Phalsbourg.
  • 1er novembre : Parution de L’Oeil invisible dans L’Artiste.
  • à partir du 15 décembre : Parution de L’Illustre Docteur Mathéus dans La Revue de Paris.

    1858

  • 4 janvier : publication de Gretchen ou l’Accordée de village dans Le Constitutionnel puis de La Pie dans La Revue française.
  • 2 février : mort de Jean-Philippe Erckmann, père d'Émile.

    1859

  • Long séjour d'Erckmann à Phalsbourg où il écrit des contes envoyés à Chatrian. Celui-ci les place aussitôt. Erckmann fait la rencontre de Nathan Sichel qui devient un ami très cher.
  • Janvier : Le Combat de coqs ou le hibou de la synagogue paraît dans La Revue européenne.
  • Juin : Le Rêve du cousin Elof dans Le Monde illustré, La Montre du doyen dans La Revue européenne, Hans Storkus dans Le Constitutionnel et Les Trois Âmes dans Le Figaro.
  • Juillet : Les Fiancés de Grinderwald, dans La Revue des Deux Mondes.
  • Décembre : Une nuit dans les bois, dans La Revue européenne.
  • Publication en volume de L'Illustre Docteur Mathéus à la Librairie Nouvelle.

    1860

  • Gros succès de librairie de L'Illustre Docteur Mathéus.
  • 2 avril : Publication du Violon du pendu dans Le Magasin de librairie.
  • 10 mai : Le Cabaliste Hans Weinland dans Le Magasin de librairie et Hugues-le-Loup en feuilleton dans Le Constitutionnel.
  • Parution du Combat d’ours. Tableau de moeurs, Mon illustre ami Selsam, L’Héritage de mon oncle Christian, Myrtille dans La Revue européenne, Le Talion dans Le Magasin de librairie.
  • Publication des Contes de la montagne chez Michel Lévy, et des Contes fantastiques chez Hachette.

    1861

  • Maître Daniel Rock, chez Michel Lévy. Premier grand roman.
  • à partir du 1er septembre : parution du Fou Yégof dans La Revue des Deux Mondes.
  • Parution du Tueur d’âmes, conte fantastique et de La Reine des abeilles dans La Revue européenne.

    1862

  • 1er janvier : Publication du Fou Yégof en volume chez Dentu.
  • 15 janvier : Le Blanc et le noir dans Le Monde illustré, puis Le Trésor du vieux seigneur dans La Réforme littéraire.
  • 17 au 28 juin : Confidences d’un joueur de clarinette en 9 feuilletons dans Le Boulevard.
  • 1er octobre : Le Citoyen Schneider dans Les Échos du Rhin puis Les Amoureux de Catherine dans Le Boulevard.
  • Les Contes des Bords du Rhin paraissent chez Hetzel.

    1863

  • Erckmann et Chatrian, installés à Paris près de la gare de l'Est, retournent fréquemment dans les Vosges.
  • à partir du 9 juin : parution de Madame Thérèse en feuilleton dans Le Journal des Débats, puis en volume chez Hetzel.
  • à partir du 15 août : L’Ami Fritz en feuilleton dans Le Temps.
  • La Taverne du jambon de Mayence, Confidences d'un joueur de clarinette et Les Amoureux de Catherine, réunis par Hetzel en volume.
  • Publication de La Fiancée du Nideck dans Curiosité d’Alsace.

    1864

  • du 22 janvier au 19 février : Histoire d'un conscrit de 1813, dans Le Journal des Débats en 18 feuilletons, puis chez Hetzel ; succès (100 000 exemplaires en quelques mois et nombreuses éditions jusqu'en 1885).
  • juin : Les Bohémiens paraissent en feuilleton dans Le Moniteur universel.
  • L'Ami Fritz paraît en volume chez Hachette.
  • Le ministre de l'Instruction publique commande 1000 exemplaires de L'Invasion pour les bibliothèques.

    1865

  • Avril : lancement par Hetzel des Romans nationaux illustrés par Riou, sous forme de fascicules hebdomadaires à 10 centimes. Ceux-ci comprennent : Histoire d'un conscrit de 1813, Waterloo, L'Invasion et Madame Thérèse.
  • 29 avril et 1er mai : article de Zola dans Le Salut Public sur le romancier « alsacien », repris dans Mes Haines.
  • Août : Publication de La Comète dans Le Moniteur universel et d’Histoire d’un homme du peuple en feuilleton dans Le Siècle, repris en volume par Hetzel en octobre.

    1866

  • avril : La Guerre, Souvarov l’invincible dans L’Avenir national.
  • juin : publication du Juif polonais dans Le Grand Journal.
  • 31 août : 1 500 000 livraisons des Romans nationaux ont été vendues « au peuple ». Succès.
  • Publication de La Maison forestière, recueil illustré par Schuler, de La Guerre et des Contes populaires chez Hetzel.
  • Refus par le directeur du Châtelet de La Guerre au théâtre.
  • Parution d’À Monsieur Henri Schirmer. L’indemnité Ott, dialogue de deux Alsaciens sur l’affaire Ott-Eulenburg.
  • à partir du 6 décembre : Le Blocus en feuilleton dans Le Journal des Débats.

    1867

  • Nouvelle édition des Romans nationaux et édition des Contes et romans, Hetzel.
  • février : Le Blocus, épisode de la fin de l'Empire, en volume séparé chez Hetzel.
  • Parution du Juif polonais.
  • 9 septembre : naissance de Gratien Alexandre Riberon (1867-1913), fils de Jeanne Adélaïde Riberon (1835-1931) et de père non désigné (Chatrian) à Paris (18e).
  • 7 octobre : La Presse lance Histoire d'un paysan en feuilleton mais abandonnera bientôt sa publication par peur de la censure.
  • Lamartine consacre deux de ses Cours familiers de littérature à Erckmann-Chatrian (Histoire d’un conscrit de 1813 et L’Ami Fritz).
  • 1er décembre : parution du poème « La Sentinelle perdue. 1796 » dans La Revue des Deux Mondes.

    1868

  • Erckmann rachète la scierie du Grosshammerweyer près de l'Oberlof.
  • juin : Le Siècle reprend le feuilleton d'Histoire d'un paysan, dont la première partie avait paru dans La Presse.
  • 28 octobre : Hetzel achète l'exclusivité des œuvres parues d'Erckmann-Chatrian.

    1869

  • Publication d'Histoire d'un paysan chez Hetzel.
  • Mai : Chatrian achète une propriété au Raincy.
  • 15 juin : succès du Juif polonais au théâtre de Cluny.
  • 25 juillet : naissance à Paris (18e) d'Antoine (1869-1911), second fils d'Alexandre Chatrian et d'Adélaïde Jeanne Riberon.
  • 26 juillet : Alexandre Chatrian reconnaît être le père d'Alexandre et d'Antoine en présence de deux témoins à la mairie du 18e arrondissement.

    1870

  • 13 juillet : mort de Jean-Baptiste Chatrian, père d'Alexandre.
  • Août : surpris à Phalsbourg par la défaite de Mac-Mahon, Erckmann regagne Paris et fait partie de la délégation d'Alsaciens et de Lorrains venue se plaindre, auprès de Jules Favre, du bombardement de la bibliothèque de Strasbourg.
  • 4 septembre : Émile part pour Colmar.
  • Publication des Papiers de Madame Jeannette dans La Revue des Deux Mondes.
  • 1er et 15 décembre : Histoire d’un sous-maître en feuilletons dans La Revue des Deux Mondes.
  • Phalsbourg se rend aux Prussiens. Erckmann rejoint sa famille.

    1871

  • 8 février : échec d'Erckmann à la députation dans le Bas-Rhin sur la liste de Gambetta.
  • 10 mai : Traité de Francfort. L’Alsace et la Lorraine sont annexées.
  • Publication d’Histoire d’un sous-maître par Hetzel.

    1872

  • C'est probablement à partir de cette date que la signature Erckmann-Chatrian apparaîtra sur des œuvres séparées, Erckmann écrivant des romans et Chatrian s'occupant du théâtre.
  • Inquiété, Erckmann quitte Phalsbourg, désormais allemande, pour Paris alors qu'Histoire du plébiscite est publiée dans Le Soir en 116 feuilletons, puis chez Hetzel.
  • Printemps : voyage d’Erckmann en Bretagne.
  • Mai : il publie dans Le Siècle un pamphlet contre les réactionnaires, Lettre d'un électeur à son député, bientôt édité en volume chez Hetzel.
  • Été : de retour de Bretagne, Erckmann fait la connaissance de Montézuma Goguel qui l’invite à « L’Ermitage », sa propriété de Saint-Dié.
  • Septembre : installation d'Erckmann à Saint-Dié chez les Goguel. Liaison avec l'intendante de la maison : Emma Flotat.
  • Décembre : publication des Deux Frères dans Le Temps.

    1873

  • Du 13 janvier au 5 avril : voyages d'Erckmann en Orient : Alexandrie, le canal de Suez, Jaffa, Beyrouth, Tripoli, la Syrie, Rhodes et la Grèce.
  • Publication par Hetzel des Deux Frères et d'Une campagne en Kabylie, récit d'un chasseur d'Afrique et autres récits, dont Le Secret des réactionnaires.
  • Publication du Secret des monarchistes dans l’ouvrage collectif des membres de la Société des Gens de Lettres pour soutenir les régions annexées : Aux Alsaciens-Lorrains. L’Offrande de la Société des Gens de Lettres.
  • 17 juillet : naissance de Jean (1873-1916), troisième fils d'Alexandre Chatrian et d'Adélaïde Riberon.

    1874

  • Rencontre d'Erckmann avec Victor Hugo lors d’un séjour à Paris.
  • Alexandre Chatrian devient franc-maçon.
  • Parution de Les Années de collège de Maître Nablot en feuilleton dans Le Rappel, puis en volume.
  • Le Brigadier Frédéric, histoire d'un Français chassé par les Allemands, Hetzel.
  • 27 mars : Chatrian épouse Adélaïde Riberon, la mère de ses trois garçons.

    1875

  • Publication par Le Rappel de Maître Gaspard Fix, histoire d'un conservateur. Erckmann et Chatrian ont reçu le soutien de Victor Hugo.
  • 1er novembre : L'Éducation d'un féodal dans La Revue des Deux Mondes.

    1876

  • 16 janvier : publication dans Le Siècle de L'Intérêt des paysans, « lettre d'un cultivateur aux paysans de France », qui appelle à voter républicain.
  • Hetzel publie Maître Gaspard Fix, suivi de L'Éducation d'un féodal, des Contes et romans alsaciens illustrés par Schuler et des Souvenirs d'un ancien chef de chantier à l'isthme de Suez.
  • 8 mai : Les Amoureux de Catherine, opéra-comique en un acte d’après la nouvelle d’Erckmann-Chatrian, est créé à l'Opéra-Comique par Jules Barbier, avec une musique d'Henri Maréchal.
  • Septembre : Violente campagne de presse du Figaro et du Gaulois contre Erckmann-Chatrian.
  • 4 décembre : première à la Comédie-Française de L'Ami Fritz, comédie en trois actes. Reprise du Juif polonais à l'Ambigu.

    1877

  • Erckmann est contraint de vendre sa scierie.
  • Hetzel publie Contes vosgiens.
  • L'Ami Fritz, comédie en trois actes, en prose, chez Hetzel.

    1878

  • 26 janvier : Mort de Théophile Schuler, illustrateur des œuvres d'Erckmann-Chatrian depuis quinze ans.
  • Schinderhannes, autrefois appelé Schinderhans ou Jean l’écorcheur, paraît dans La Revue alsacienne.

    1879

  • Chute de Mac-Mahon, dont Erckmann-Chatrian se réjouissent.
  • 23 octobre : Alsace ou Les Fiancés d’Alsace, drame en 5 actes et 8 tableaux, adapté d’Histoire du plébiscite, est créé au théâtre de l’Ambigu comique.
  • Le Grand-père Lebigre dans La Revue des Deux Mondes.

    1880

  • 12 mars : Alsace ou les fiancés d'Alsace est interdit par un ministre républicain.
  • Publication chez Hetzel de Le Grand-père Lebigre et des Vieux de la vieille (parus d’abord dans La Revue des Deux Mondes), et de Quelques mots sur l'esprit humain, résumé de la philosophie d'Erckmann.

    1881

  • Après une dispute avec ses hôtes de Saint-Dié, Erckmann s'installe temporairement à Toul avec Emma Flotat. Il manque de succomber à la jaunisse.
  • 21 août : publication de L’Avis d’un désintéressé sur les candidatures posées à Saint-Dié dans La Gazette vosgienne.
  • Publications d'Alsace ou Les Fiancés d'Alsace, chez Hetzel et du Banni, suite du Brigadier Frédéric en feuilleton dans Le Globe.
  • 31 décembre : La Taverne des Trabans, opéra-comique en 3 actes, tiré de La Taverne du jambon de Mayence, est créé à l’Opéra-Comique avec une musique d’Henri Maréchal.

    1882

  • 17 mars : Erckmann quitte Toul. Les autorités allemandes lui permettent de séjourner à Phalsbourg.
  • 27 mars : Les Rantzau, pièce tirée des Deux Frères, est jouée à la Comédie-Française.
  • Publication de La Taverne des Trabans chez Calmann-Lévy.
  • 9 octobre : échec de Madame Thérèse, pièce historique et militaire en 5 actes jouée au Châtelet.
  • Le Banni, roman patriotique, est publié par Hetzel.

    1883

  • 29 septembre : Succès du Fou Chopine, opéra-comique en un acte tiré de Gretchen, musique de Sellenick, créé au théâtre de la Renaissance. Il est publié la même année chez Hetzel.
  • Publication de Dis-moi ! quel est ton pays ? : chant alsacien, musique de Sellenick (Paris, Leduc).

    1884

  • 1er mars : en retraite des chemins de fer, Chatrian se retire à Villemomble.
  • Autorisation de jouer la pièce Alsace, remaniée.
  • Publication d'Époques mémorables de l'Histoire de France.- Avant 89. -, et des Rantzau chez Hetzel.

    1885

  • 27 mars : création de Myrtille, opéra-comique en 4 actes, sur une musique de Paul Lacome, au Théâtre de la Gaîté.
  • Publication d’Un pari bizarre dans La Revue alsacienne.
  • Chatrian s'installe, avec sa famille, à Raon l’Etape, près de Saint-Dié.
  • Publication chez Hetzel de L'Art et les grands idéalistes, dernier livre signé Erckmann-Chatrian.
  • 23 décembre : création au Théâtre du Châtelet de La Guerre, drame en cinq actes.

    1886

  • La maladie nerveuse de Chatrian se déclare.
  • Refus d'Erckmann de signer la nouvelle convention négociée par Chatrian avec Hetzel.

    1887

  • Dégradation de la santé mentale de Chatrian.
  • 13 mars : Chatrian avoue à Erckmann qu'il payait ses « nègres » sur le compte commun. Cette lettre met fin à une amitié de quarante ans.

    1888

  • Première attaque de diabète, maladie qui emportera Erckmann.

    1889

  • 19 août : parution dans Le Figaro d'un article de Georgel, ancien secrétaire de Chatrian à la Compagnie de l'Est, qui calomnie Erckmann : il lui reproche d’être « le cupide qui mange en Allemagne l’argent que Chatrian a gagné en France ». Celui-ci attaque en justice et écrit Erckmann et Chatrian par Erckmann seul.
  • 9 octobre : Privé de visa de résidence prolongée à Phalsbourg, Erckmann s'installe à Lunéville.

    1890

  • 26 mars : Condamnation du Figaro et de l'auteur de l'article par la IXe Chambre correctionnelle de la Seine. Cependant, Chatrian est mis hors de cause.
  • 3 septembre : mort à Villemomble d'Alexandre Chatrian, inconscient depuis un an, « paralysé d’une affection des centres nerveux ».

    1891

  • du 25 juin au 10 juillet : parution de Kaleb et Khora dans Le Temps.
  • 31 octobre : première représentation de L’Amico Fritz, comédie lyrique en 3 actes, musique de Pietro Mascagni, livret de P. Suardon (pseudonyme de Nicola Daspuro), au Théâtre Costanzi de Rome avec Emma Calvé dans le rôle de Suzel.

    1892

  • du 26 mai au 5 juin : parution de La Campagne du Grand-père Jacques puis de L’Oncle Jean dans Le Temps.
  • 10 novembre : première représentation de I Rantzau, opéra en 4 actes tiré de la pièce d’Erckmann-Chatrian, musique de Pietro Mascagni, livret de Giovanni Targioni-Tozetti et Guido Menasci, au Théâtre La Pergola de Florence.

    1895

  • Publication par Hetzel d'Alsaciens et Vosgiens d'autrefois, et de Fables alsaciennes et vosgiennes, derniers écrits d'Erckmann.

    1897

  • 23 janvier : fête républicaine au théâtre de Lunéville en l'honneur d'Erckmann.

    1898

  • 2 octobre : première représentation de L’Ami Fritz, pièce traduite en dialecte alsacien par Charles Hauss, au Théâtre Alsacien de Strasbourg.

    1899

  • 14 mars : Émile Erckmann meurt à Lunéville.

    1900

  • Publication du Juif polonais, conte populaire d’Alsace en 3 actes et 6 tableaux d’après Erckmann-Chatrian, poème de Henri Cain et P. B. Gheusi, musique de Camille Erlanger.

    1902

  • 14 décembre : un monument à la mémoire d’Erckmann, dû au sculpteur Bussière, est inauguré à Lunéville.

    1922

  • mai : centenaire de la naissance d’Émile Erckmann. Un comité, dont Raymond Poincarré est le président d’honneur, est créé par Émile Hinzelin et présidé par Maurice Barrès.
  • novembre : inauguration d’un monument dédié à Erckmann-Chatrian à Phalsbourg.


  • Retour en arrière